Les pieds du coureur : on fait le point sur les blessures

 

Les pieds du coureur

Face aux grandes températures de l’été et aux défis multiples des runners, les pieds du coureur sont mis à rude épreuves. Nous ferons le point sur 3 blessures très habituelles chez les coureurs amateurs ou de haut niveau : l’ampoule, le pied d’athlète et le fameux ongle noir. Ayant moi même connu ces trois blessures, je sais que ce n’est pas très beau à voir, je vais donc vous épargner les photos 😁.

L’ampoule

Ce qui est sûr, c’est qu’une ampoule est l’un des moyens les plus efficaces pour ruiner une course. L’ampoule se forme suite à un frottement excessif qui crée une brûlure et qui génère une cloque sur le pied. En ayant les bons réflexes, nous pouvons éviter cette douleur :

Chaussures trop veilles ou trop neuves : évitez les chaussures datant de plus d’an et demi ou ayant dépassées environ 800 km, les semelles deviennent usées et causent une déformation de la chaussure ce qui oblige le coureur à changer inconsciemment sa foulée et provoque des ampoules. De même pour les chaussures neuves, il est conseillé de courir des petites distances pendant les premières sorties et de les alterner avec vos autres chaussures afin d’habituer votre pieds. Aussi, il ne faut surtout pas les tester en compétition car c’est là ou le risque d’avoir des blessures est le plus important.

Crème et chaussettes : Afin d’éviter les ampoules, vous pouvez appliquer une fine couche de crème anti-frottement sur votre pied avant l’effort. Cette crème permet de durcir légèrement la peau afin d’éviter les frottements pendant votre course. Par ailleurs, il est conseillé de s’équiper avec des chaussettes techniques qui pour la plupart offrent une plus grande protection pour les parties les plus sensibles du pieds.

Le pieds d’athlète

Comme son nom l’indique, cette blessure touche principalement les coureurs. Favorisée par la chaleur et l’humidité, cette mycose siège souvent entre le quatrième et le cinquième orteil. Des rougeurs apparaissent (souvent au creux des plies) puis la peau sèche et pèle.

La clé principale pour éviter cette blessure est l’hygiène : chaussez vous technique et respirant car le pied est amené aussi à traverser des points d’eau ou des point boueux.
Lavez vos chaussettes après chaque courses, elles sont des nies à bactéries si on ne les lave pas souvent. Enfin, pensez à bien vous essuyer entre les orteils, après la douche.

Pour vaincre une mycose du pied déjà installée, rapidement, rien de mieux qu’un traitement de choc à l’huile essentielle Tea Tree : 3 gouttes sur un coton tige, que vous appliquez après la douche sur pied sec pendant une semaine, et hop le tour est joué (renouveler autant de temps que nécessaire si une semaine n’est pas suffisante).

L’ongle noir

L’ongle noir apparaît souvent après un choc contre l’orteil. L’orteil saigne et la sang stagne sous l’ongle et devient noir après quelques jours (pas trop sexy je vous l’accorde) 😅.
Chez les coureurs, la cause est différente, même sans choc l’ongle noir peut apparaître. En effet, l’erreur que fait la plupart des coureurs est d’acheter les chaussures de course à pieds à la même taille que leurs chaussures habituelles, ce qui est fortement déconseillé. Pendant une longue sortie le pieds gonfle et s’agrandit, lors d’un marathon par exemple le pied peut prendre jusqu’à un centimètre. Emprisonné dans une petite chaussure, les orteils se rétractent et le frottement avec l’avant de la chaussure cause une blessure au niveau de l’ongle (souvent le gros orteil) ou provoque l’ongle noir. Prenez donc des chaussures avec une à deux pointures au dessus de la votre.

Dans tous les cas, pour les blessures du pieds ou les blessures du runner, il ne faut pas oublier d’écouter son corps et être attentif aux alertes qu’il nous envoi. Nous vous avons présenté quelques moyens d’éviter ces blessures mais le meilleur reste de consulter votre médecin ou kiné de sport qui vous seront de meilleurs conseils.

L’équipe CAG

Commentaires

Laisser un commentaire